Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 13 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2020-05-13

China Daily : Nous avons remarqué que le groupe d'experts médicaux chinois de lutte contre le COVID-19 envoyé en Éthiopie et à Djibouti est retourné en Chine le 12 mai après avoir accompli sa mission. Pouvez-vous nous donner plus de détails sur son travail dans les deux pays ?

Zhao Lijian : Le groupe d'experts médicaux en Éthiopie et à Djibouti est l'un des premiers groupes d'experts anti-épidémiques envoyés par le gouvernement chinois en Afrique.

Les experts sont arrivés en Éthiopie le 16 avril, puis se sont rendus à Djibouti le 30 avril. Pendant un mois environ, ils ont partagé leurs expériences et leur savoir-faire anti-épidémiques avec des responsables de la représentation de l'OMS en Union africaine, le CDC africain, et des institutions médicales et des responsables de la santé des deux pays. Les experts ont visité des hôpitaux, des centres de quarantaine et des centres de test désignés, mené des discussions avec des personnels soignants et fait des propositions ciblées pour le contrôle et le traitement du COVID-19. Le dévouement et le professionnalisme des experts chinois ont été hautement salués par la partie africaine. Le 10 mai, le Premier Ministre djiboutien Abdoulkader Kamil Mohamed a décerné des Médailles de la Journée de l'Indépendance de la République de Djibouti aux 12 membres du groupe d'experts chinois pour leur contribution au pays.

Après la survenue de la pandémie de COVID-19, la Chine a envoyé cinq groupes d'experts médicaux en Afrique et a organisé près de 30 visioconférences avec des pays africains. Une quarantaine de missions médicales travaillant déjà en Afrique se sont mises à l'action pour réaliser environ 400 séances de formation afin de partager les expériences anti-épidémiques et dispenser une formation à plus de 20 000 personnels soignants locaux. Ces chiffres montrent clairement un resserrement de la communauté de destin sino-africaine. La Chine continuera à rester ferme aux côtés de ses frères africains et à soutenir leurs efforts pour lutter contre le COVID-19 et remporter la victoire finale contre l'épidémie.

CRI : Selon des informations, la Chine et les pays des Caraïbes ayant des relations diplomatiques avec elle ont tenu hier une visioconférence spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19. Que pense la Chine des résultats de cette réunion ? Alors que la pandémie sévit dans le monde, comment la Chine prévoit-elle d'offrir plus de soutien et d'assistance aux pays des Caraïbes aux systèmes de santé publique relativement fragiles ?

Zhao Lijian : Hier, la Chine et les pays des Caraïbes ayant des relations diplomatiques avec elle ont tenu une visioconférence spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19. Des représentants de la Chine et de neuf pays des Caraïbes ont assisté à la réunion co-présidée par le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Zheng Zeguang et le Ministre des Affaires étrangères Kenneth Darroux de la Dominique. Ils ont eu un échange approfondi sur la situation épidémique et la réponse au COVID-19 dans leurs pays, la situation épidémique dans le monde et la coopération internationale contre le COVID-19, la coopération sino-caraïbe dans la lutte contre la pandémie, ainsi que la coordination et la coopération sino-caraïbes dans les affaires internationales, et sont parvenus à un large consensus.

Il s'agit d'une réunion importante entre la Chine et les pays caraïbes à un moment crucial de la lutte mondiale contre le COVID-19. Toutes les parties sont convenues de renforcer la coopération en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie et de défendre conjointement la sécurité sanitaire publique mondiale. Elles ont déclaré leur opposition à la politisation, à la stigmatisation et à l'étiquetage de l'épidémie, et leur soutien ferme au rôle de premier plan de l'OMS dans la coopération internationale anti-épidémique. Les pays caraïbes ont réitéré leur attachement au principe d'une seule Chine et à l'assistance mutuelle avec la Chine sur les questions relatives aux intérêts fondamentaux réciproques et aux préoccupations majeures réciproques. La Chine en exprime sa haute appréciation.

La Chine et les pays des Caraïbes se soutiennent et s'entraident dans la lutte contre le COVID-19, inscrivant une page nouvelle dans l'histoire de l'amitié sino-caraïbe. Cette visioconférence a donné l'orientation à suivre dans la coopération future entre les deux parties dans la lutte contre la pandémie.

La Chine continuera de soutenir fermement les efforts de la partie caraïbe contre le COVID-19, de partager ses expériences et ses solutions de traitement du COVID-19, d'offrir des matériels et de l'assistance technique aux pays caraïbes et facilitera leur approvisionnement de matériels médicaux en Chine. Dans le même temps, nous élargirons activement la coopération pragmatique avec les pays caraïbes dans les domaines du commerce et de l'investissement, et renforcerons la communication et la coordination dans les organisations internationales et régionales pour hisser les relations bilatérales à un niveau plus élevé.

L'épidémie finira par passer, mais l'amitié entre la Chine et les pays caraïbes est durable. L'amitié et la coopération entre les deux parties, après l'épreuve de cette pandémie, seront consolidées et approfondies.

AFP : Concernant le projet du gouvernement français de vendre des armes à Taiwan, le Ministère chinois des Affaires étrangères s'y oppose fermement et a demandé à la partie française de retirer son plan. Mais la société française a réfuté les critiques de la Chine. Comment réagissez-vous à cela ?

Zhao Lijian : Nous adoptons une position constante et claire à ce sujet : nous nous opposons fermement à la vente d'armes à la région de Taiwan par d'autres pays ou aux échanges militaires et sécuritaires avec elle. Nous avons exprimé notre sérieuse préoccupation à la partie française.

Une fois encore, nous exhortons la partie française à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et à retirer son plan de vente d'armes à Taiwan, pour éviter de nuire davantage aux relations sino-françaises.

ABC Australia : Le Ministre australien du Commerce, Simon Birmingham, a déclaré qu'il cherchait à s'entretenir avec son homologue chinois du commerce pour discuter de l'interdiction par la Chine de l'importation depuis l'Australie de viande de bœuf et d'une éventuelle taxation de l'orge australienne. La Chine serait-elle disposée à entamer le dialogue au niveau politique avec l'Australie sur ces deux questions ?

Zhao Lijian : Ces derniers jours, j'ai exprimé la position de la Chine sur l'importation par la Chine de viande de bœuf australienne et les tarifs sur l'orge australienne.

Comme nous l'avons dit, la position de la Chine quant à ses relations avec l'Australie est constante et claire. Des relations saines et stables entre la Chine et l'Australie sont dans l'intérêt commun des deux pays, mais elles nécessitent les efforts des deux parties. Nous espérons que l'Australie travaillera dans le même sens que nous pour, sur la base du principe du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels, faire davantage pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération bilatérale, et servir le partenariat stratégique global sino-australien.

Sur le sujet spécifique que vous avez mentionné, je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents.

The Paper : Selon des reportages, le Conseil national de recherches du Canada a déclaré, le 12 mai, que la partie canadienne travaillait avec CanSino Biologics Inc. en Chine pour préparer la voie aux futurs tests de vaccins au Canada. La société prévoit de déposer des demandes d'essais cliniques auprès du Ministère canadien de la Santé. Comment la Chine envisage-t-elle la coopération en matière de santé entre les deux pays, y compris sur le développement de vaccins ? Et quel est le commentaire de la Chine au sujet de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre le COVID-19 depuis son apparition ?

Zhao Lijian : Depuis la survenue du COVID-19, la Chine et le Canada se sont prêté soutien et assistance dans le cadre d'une coopération active contre l'épidémie. Les 32 tonnes de matériels médicaux donnés par le gouvernement chinois sont arrivées au Canada ces jours-ci. La Chine a accordé des facilités et de l'assistance à l'achat de matériels médicaux par le Canada en Chine.

Le virus ne connaît pas de frontières et lance un défi à l'humanité tout entière. La recherche et le développement de vaccins sont d'une importance vitale pour la prévention et le contrôle de la pandémie, et constituent la clé pour vaincre le virus. La Chine poursuit activement une coopération internationale dans la recherche et le développement de médicaments et de vaccins avec bon nombre de pays, y compris le Canada. Nous sommes prêts à travailler de concert avec le Canada et les autres pays du monde pour accélérer le développement et la production de produits médicaux contre le COVID-19, et contribuer à la sécurité sanitaire mondiale et à la lutte conjointe contre la pandémie.

Bloomberg : Benjamin Strick, chercheur à Londres, a dit que du 25 avril au 3 mai, il a identifié plus de 1 000 comptes sur Twitter qui étaient liés à la « propagande de fausses informations » par la Chine. Selon lui, les comptes ont été utilisés pour attaquer et critiquer le gouvernement chinois, ainsi que pour attaquer et critiquer les responsables du gouvernement chinois et diffuser des assertions de complot. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Récemment, certaines personnes ont affirmé que la Chine avait diffusé de fausses informations via la plate-forme Twitter, et la société Twitter a répondu, niant les allégations concernées.

La Chine s'oppose toujours à la fabrication et à la diffusion de fausses informations. Les reportages prétendant que la Chine diffuse de fausses informations via la plate-forme Twitter sont infondés.

AFP : Des sénateurs républicains américains ont proposé mardi un nouveau projet de loi qui donnera aux autorités exécutives américaines le pouvoir d'imposer des sanctions à la Chine si elle ne donne pas de présentation intégrale et complète de l'épidémie du COVID-19 et ne ferme pas tous les « marchés de produits frais ». La Chine a-t-elle un commentaire à faire quant à cette action des sénateurs républicains américains ?

Zhao Lijian : Certains sénateurs américains ont proposé ce projet de loi au mépris des faits et tentent, en lançant des enquêtes avec présomption de culpabilité, de rejeter les responsabilités sur la Chine pour l'inefficacité de la réponse à l'épidémie. Cela est très immoral. Nous nous y opposons fermement.

Dès le début de l'épidémie, la Chine a agi dans un esprit ouvert, transparent et responsable. Nous avons maintenu une communication et une coopération étroites avec l'OMS et soutenu ses efforts contre le COVID-19 par des actions concrètes. Tout ce que la Chine a fait est au vu et au su de la communauté internationale. Nous soutenons également un examen rétrospectif et un tour d'horizon, en temps opportun, de la situation épidémique des différents pays pour promouvoir la coopération internationale en matière de santé et la gouvernance mondiale sur la santé publique mondiale afin de mieux réagir à des défis similaires à l'avenir.

La Chine a adopté une législation interdisant complètement la chasse, le commerce, le transport et la consommation illégaux d'animaux sauvages. En Chine, il n'y a pas de soi-disant « marchés de produits frais et de la faune sauvage », comme le prétend l'Occident. Ce que vous pouvez trouver, ce sont des marchés de produits agricoles et des marchés de volaille vivante et de fruits de mer. De tels marchés existent non seulement en Chine, mais sont également très courants dans de nombreux autres pays. Aucune loi internationale ne restreint ce genre de marchés.

Le site web de Politico avait précédemment rendu public un mémorandum de 57 pages envoyé aux agences électorales par le Comité sénatorial national républicain, qui encourage « à attaquer activement la Chine » pour répondre à la crise de l'épidémie. Il a souligné les trois approches d'attaque, notamment la « propagation du COVID-19 due à la dissimulation de la vérité par la Chine ». L'essentiel du mémorandum consiste à attaquer la Chine chaque fois que l'épidémie est mentionnée. Le scénario américain du rejet des responsabilités a été gravement raté, et cela n'a plus de sens de le poursuivre.

Nous recommandons à certains individus aux États-Unis de ne pas aller trop loin ni de trop s'accrocher à ce scénario. Nous recommandons aux politiciens américains concernés de concentrer leur attention et leur énergie sur la lutte contre l'épidémie et la protection de la population américaine, de bien régler les affaires américaines et de jouer un rôle constructif à la coopération mondiale contre le COVID-19, au lieu de se creuser la tête pour détourner l'attention et rejeter les responsabilités.

Bloomberg : Le président du Club de Paris a déclaré dans une interview que la Chine avait accepté d'adhérer avec d'autres pays, en tant que membre du Club de Paris, à une initiative mondiale d'allègement de la dette visant à suspendre le remboursement de la dette des pays pauvres pour les aider à faire face à l'épidémie. Pouvez-vous confirmer si la Chine suspendra le remboursement de la dette par les pays concernés ?

Zhao Lijian : La Chine n'est pas membre du Club de Paris. Depuis 2013, la Chine a commencé à participer régulièrement aux activités du Club à titre de non-membre. Nous maintenons une communication continue avec les membres du Club de Paris.

Affectée par l'épidémie, l'économie mondiale est confrontée à une pression à la baisse accrue, les facteurs d'instabilité et d'incertitude ont augmenté, et de nombreux pays en développement font face à des défis de développement économique et des risques d'endettement accrus. La Chine, fidèle à la vision de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité et à la bonne conception de la justice et des intérêts, a aidé les autres pays en développement, dans la mesure de ses capacités, dans leurs efforts pour la réduction de la pauvreté et le développement. Récemment, la Chine a participé à l'« initiative du G20 sur la suspension des paiements de la dette des pays les plus pauvres », et a été d'accord pour que les pays concernés suspendent le paiement du principal et des intérêts du 1er mai 2020 à la fin de l'année. La Chine renforcera la communication et la coopération avec toutes les parties pour mettre en œuvre les mesures de suivi de cette initiative. Nous appelons aux institutions financières multilatérales et aux créanciers privés concernés à prendre les mesures appropriées pour alléger les charges de la dette des pays en développement qui rencontrent des difficultés.

Nous entendons continuer à travailler de concert avec toutes les parties pour minimiser les retombées de cette pandémie sur l'économie mondiale et les économies de tous les pays, et réaliser le développement partagé.

CNN : Selon certaines informations, des débris de la fusée chinoise Longue Marche 5B lancée la semaine dernière sont tombés dans au moins deux villages de Côte d'Ivoire, en Afrique. Pouvez-vous le confirmer et donner plus d'informations à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n'ai aucune information à ce sujet et je vous conseille de vous adresser aux départements compétents.

Reuters : Le gouvernement américain fait pression sur le conseil d'administration d'un fonds d'épargne-retraite fédéral pour qu'il n'investisse pas dans certaines entreprises chinoises qui, selon lui, violent les droits de l'homme et menacent la sécurité nationale américaine. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, dans l'ère de la mondialisation, les intérêts de tous les pays sont étroitement liés et interdépendants. La coopération économique sino-américaine est au fond mutuellement avantageuse. Ces dernières années, le marché des capitaux chinois a attiré des investisseurs du monde entier, y compris des États-Unis. Cela témoigne de la confiance des investisseurs internationaux dans la tendance à l'amélioration du développement économique de la Chine, et de leur reconnaissance de la réforme et de l'ouverture du marché chinois des capitaux.

Il n'est pas conforme aux lois économiques de créer arbitrairement des obstacles ou même de politiser les investissements américains normaux sur le marché chinois sous le prétexte de la sûreté nationale. Cela ne fera que leur faire rater des opportunités et porter atteinte aux intérêts des investisseurs américains.

Reuters : Une commission relevant du Congrès américain a déclaré que l'exclusion de Taiwan par l'OMS avait entraîné la perte de plus de vies humaines dans la pandémie. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je pense que vous faites référence à la commission de l'examen économique et de la sécurité américano-chinoise au Congrès américain. Ses rapports, pleins de préjugés, dénaturent toujours les faits.

La position de la Chine sur la participation de Taiwan aux activités concernées de l'OMS est claire et constante, à savoir que la question doit être traitée conformément au principe d'une seule Chine. Dans le respect du principe d'une seule Chine, le gouvernement central chinois a pris les dispositions appropriées pour la participation de Taiwan aux affaires sanitaires mondiales, ce qui assure que la région de Taiwan pourra réagir rapidement et efficacement aux urgences de santé publique qui surviendront dans l'île ou dans le monde. La région de Taiwan n'est jamais exclue du système mondial anti-épidémique de l'OMS.

Depuis l'apparition du COVID-19, les autorités du Parti démocrate progressiste à Taiwan ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire des manœuvres politiques et faire du tapage autour de la participation de Taiwan à l'OMS et à l'Assemblée mondiale de la Santé. Leur véritable intention est de solliciter du soutien étranger et de rechercher l'« indépendance de Taiwan » sous le prétexte de la pandémie. Nous nous y opposons fermement. Leur tentative n'aboutira jamais.

La Chine exhorte la partie concernée américaine à respecter le principe d'une seule Chine et à cesser de soutenir les manœuvres politiques des autorités taiwanaises pour obtenir l'« indépendance » sous le couvert de la réponse à l'épidémie, afin d'éviter de perturber la solidarité et la coopération mondiales contre la pandémie.

[ Envoyer ce lien à un ami ]
  [ Imprimer ]