Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 8 octobre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021-10-08

Le Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang participera, le 14 octobre à Guangzhou, à la cérémonie d'ouverture de la 130esession de la Foire d'importation et d'exportation de Chine et du Forum international commercial de la rivière des Perles et y prononcera un discours.

CCTV: Pourriez-vous fournir des informations sur l'éventuelle réunion entre les Chefs d'État chinois et américain ?

Zhao Lijian : Selon l'esprit de l'entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État du 10 septembre, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, a rencontré le Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis Jake Sullivan à Zurich, en Suisse. Les deux parties ont eu un échange de vues ample, franc et approfondi sur les relations sino-américaines et des questions internationales et régionales d'intérêt commun.

Lors de leur entretien téléphonique du 10 septembre, les deux Chefs d'État sont convenus de maintenir des contacts réguliers par divers moyens. Pour mettre en œuvre leur consensus, le Directeur Yang Jiechi et le Conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan ont discuté, lors de leur rencontre, d'une visioconférence entre les deux Chefs d'État avant la fin de l'année.

RCI : Quels sont les commentaires de la Chine sur la récente rencontre entre le Directeur Yang Jiechi et le Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis Jake Sullivan ? Comment la Chine envisage-t-elle les relations sino-américaines après la rencontre ?

Zhao Lijian : Cette réunion sino-américaine de haut niveau a été constructive et propice à l'amélioration de la compréhension mutuelle.

Le Directeur Yang Jiechi a indiqué que la bonne gestion ou non par la Chine et les États-Unis de leurs relations mettait en jeu les intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples ainsi que l'avenir et le destin du monde. Une coopération entre la Chine et les États-Unis profitera aux deux pays et au monde, tandis qu'une confrontation entre eux nuira gravement aux deux pays et au monde. La partie américaine doit avoir une compréhension profonde de la nature mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant des relations entre les deux pays, et une compréhension correcte des politiques intérieures et étrangères de la Chine ainsi que de ses intentions stratégiques. La Chine s'oppose à la définition des relations sino-américaines comme étant « concurrentielles ».

La Chine attache de l'importance aux remarques positives récemment faites par le Président Joe Biden sur les relations sino-américaines, et a noté que la partie américaine, comme elle l'avait déclaré, n'avait pas l'intention de contenir le développement de la Chine et ne cherchait pas à engager une « nouvelle guerre froide ». La partie chinoise espère que la partie américaine adoptera une politique rationnelle et pragmatique à l'égard de la Chine, et suivra ensemble avec la partie chinoise, tout en respectant les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de part et d'autre, la voie du respect mutuel, de la coexistence pacifique et de la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et les États-Unis.

Le Directeur Yang Jiechi a présenté la position solennelle de la Chine sur les questions liées à Taiwan, à Hong Kong, au Xinjiang, au Tibet et aux droits de l'homme, ainsi que sur les questions maritimes, demandant aux États-Unis de respecter scrupuleusement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine, et de cesser d'utiliser ces questions pour s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine.

Les deux parties sont convenues de prendre des actions pour mettre en œuvre l'esprit de l'entretien téléphonique entre les deux Chefs d'État du 10 septembre, de renforcer les échanges stratégiques, de gérer adéquatement les divergences, d'éviter la confrontation et les conflits, de rechercher des avantages mutuels et des résultats gagnant-gagnant, et de travailler ensemble pour remettre les relations sino-américaines sur la bonne voie du développement sain et régulier.

AFP : Premièrement, un responsable du Pentagone a déclaré que les forces spéciales américaines entraînaient discrètement des troupes à Taiwan depuis des mois. Quelle est votre réponse à cela ? Deuxièmement, l'Agence centrale du Renseignement (CIA) des États-Unis a annoncé la création d'une unité axée sur la Chine en vue de faire face aux prétendues menaces sécuritaires venant de Beijing. Quelle est votre réponse à cela ?

Zhao Lijian : Pour votre première question, le principe d'une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines. La Chine et les États-Unis ont établi leurs relations diplomatiques sur la base des trois principes, à savoir la rupture des prétendues relations diplomatiques avec Taiwan, l'abolition du traité de défense mutuelle avec Taiwan, et le retrait des forces militaires américaines de Taiwan. Dans le Communiqué conjoint sur l'établissement des relations diplomatiques Chine-États-Unis, la partie américaine s'est clairement engagée à maintenir des relations culturelles, commerciales et d'autres relations non officielles avec Taiwan. Les États-Unis doivent reconnaître pleinement la nature hautement sensible de la question liée à Taiwan et le caractère sévèrement préjudiciable des questions y relatives, respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, et mettre fin aux ventes d'armes à Taiwan ainsi qu'aux liens militaires avec Taiwan, afin d'éviter de nuire gravement aux relations sino-américaines ainsi qu'à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale.

Concernant votre deuxième question, il s'agit d'un symptôme typique de la mentalité de la guerre froide. L'agence américaine concernée doit traiter le développement de la Chine et les relations sino-américaines de manière objective et raisonnable, et cesser de faire des choses préjudiciables à la confiance mutuelle et à la coopération entre les deux pays ainsi qu'à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts de développement de la Chine.

TASS : Selon un communiqué publié par la Marine des États-Unis, son sous-marin à propulsion nucléaire USS Connecticut a été endommagé le 2 octobre après avoir heurté un objet inconnu alors qu'il naviguait en immersion dans les eaux de la région Indo-Pacifique. Selon des médias, l'incident s'est produit dans les eaux de la Mer de Chine méridionale. Quelle est votre réponse à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine exprime ses graves préoccupations à l'égard de cet incident. En tant que partie impliquée, les États-Unis doivent clarifier en détail ce qui s'est passé, notamment le lieu exact de l'incident, l'intention de la navigation des États-Unis, les détails de l'incident, l'objet exact que le sous-marin a heurté, et si la collision a provoqué une fuite nucléaire ou endommagé l'environnement marin local.

Je voudrais également souligner trois autres points concernant cet incident. Premièrement, les États-Unis sèment le trouble en Mer de Chine méridionale depuis longtemps au nom de la « liberté de navigation ». Voilà la cause profonde de cet incident et cela constitue une menace grave et des risques majeurs pour la paix et la stabilité régionales. Deuxièmement, les États-Unis ont délibérément retardé la publication et procédé à la dissimulation des détails de l'incident. Ils manquent de transparence et de sens des responsabilités. La Chine et les autres pays riverains de la Mer de Chine méridionale ne peuvent s'empêcher de mettre en doute la vérité de l'incident et les intentions des États-Unis. Troisièmement, cet incident montre également que la récente décision des États-Unis et du Royaume-Uni de mener une coopération en matière de sous-marins à propulsion nucléaire avec l'Australie, État non doté d'armes nucléaires, et de faire proliférer de manière flagrante des sous-marins nucléaires dans la région Asie-Pacifique, conduira inévitablement à créer des risques de prolifération nucléaire, à déclencher une course aux armements, à saper la construction d'une zone dénucléarisée en Asie du Sud-Est et à augmenter considérablement les risques d'un accident nucléaire. Les États-Unis doivent rejeter leur mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle ainsi que leurs concepts géopolitiques étroits, et mettre un terme à ces pratiques erronées qui compromettent la paix, la stabilité et le développement de la région.

Shenzhen TV : Récemment, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les États-Unis, en proposant la « stratégie Indo-Pacifique » et en créant le mécanisme Quad entre les États-Unis, le Japon, l'Inde et l'Australie et le partenariat trilatéral en matière de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie (AUKUS), avaient pour but d'affaiblir le modèle de coopération centré sur l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) daté d'il y a des décennies dans la région Asie-Pacifique. Une telle stratégie de traitement de la politique régionale vise ouvertement à contenir la Chine et à saper le système existant. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Le Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a bien raison ! Ses remarques reflètent la préoccupation commune de la grande majorité des pays de la région Asie-Pacifique. Qu'il s'agisse de la « stratégie Indo-Pacifique » des États-Unis, de l'AUKUS ou du Quad, ce sont tous de petits cercles fermés et exclusifs, nettement marqués par la mentalité de la guerre froide et du jeu à somme nulle, qui ont de fortes connotations de sécurité militaire. Ils inciteront à la course aux armements dans la région, aggraveront les tensions et saperont la solidarité et la coopération régionales. De telles pratiques des États-Unis consistant à créer des clans et à cibler une partie tierce vont à l'encontre de l'aspiration générale des pays de la région, celle au développement tiré par le dialogue et la coopération et à la promotion de l'intégration régionale. Elles sont impopulaires et n'aboutiront qu'à une impasse. De nombreux pays de la région ont exprimé, à des degrés divers, leurs doutes et leur opposition à ce sujet.

La structure de coopération régionale centrée sur l'ASEAN est conforme aux besoins traditionnels et réels de l'Asie de l'Est et revêt une grande importance pour la promotion de la solidarité, de la coopération et du développement commun entre les pays de la région. Elle doit être chérie et consolidée. Les pays de la région doivent être très vigilants face à toute tentative de paralyser et d'affaiblir le rôle central de l'ASEAN, et résister ensemble à toute pratique erronée qui viole l'équité et la justice internationales, crée des divisions et provoque la confrontation dans la région.

CCTV : Hier, lors de la réunion de la Première Commission chargée des questions de désarmement et de sécurité internationale de l'Assemblée générale des Nations Unies, la Chine et la Russie ont publié une déclaration conjointe des Ministres des Affaires étrangères des deux pays sur le renforcement de la Convention sur les armes biologiques (CABT). Pourriez-vous nous donner plus d'informations sur cette déclaration et sur la position de la Chine ?

Zhao Lijian : Le 7 octobre, lors du débat général de la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, la partie chinoise a lu, au nom de la Chine et de la Russie, la déclaration conjointe du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sur le renforcement de la CABT. C'est la première fois que la Chine et la Russie publient une déclaration commune sur cette question. Elle démontre le haut niveau de la coordination stratégique globale Chine-Russie pour une nouvelle ère, ainsi que la forte détermination et l'attitude responsable des deux pays pour sauvegarder la biosécurité mondiale et défendre le multilatéralisme.

La déclaration conjointe réaffirme principalement que la CABT est essentielle en tant que pilier de la paix et de la sécurité internationales et qu'elle doit être pleinement et efficacement mise en œuvre. Des mécanismes multilatéraux de surveillance et de vérification en la matière doivent être établis dès que possible. Elle signale également que les activités biologiques militaires menées par les États-Unis sur et en dehors de leur territoire posent de graves risques pour la sécurité de la Chine, de la Russie ainsi que d'autres pays et régions. Depuis 20 ans, les États-Unis sont le seul pays à s'opposer à l'établissement d'un mécanisme de vérification, ce qui a suscité des doutes croissants au sein de la communauté internationale. La déclaration exhorte les États-Unis à clarifier leurs activités biologiques militaires sur leur territoire et à l'étranger et à cesser de faire obstacle à l'établissement d'un mécanisme de vérification.

Je tiens à souligner que cette position de la Chine et de la Russie témoigne également du large consensus de la communauté internationale. Lors de la réunion récente sur la CABT, plus de 100 pays ont appelé à la reprise des négociations sur un protocole de vérification afin d'établir rapidement un mécanisme de vérification. Cependant, seuls les États-Unis ont continué à y résister en s'opposant obstinément à l'ensemble de la communauté internationale. Cela a suscité un plus grand doute et une plus grave inquiétude de toutes les parties.

La Chine et la Russie continueront à œuvrer avec la communauté internationale pour renforcer le mécanisme de la CABT, obtenir des résultats concrets au cours de la conférence d'examen de la CABT l'année prochaine et améliorer constamment le système de gouvernance de la biosécurité mondiale. La partie américaine doit adopter une attitude responsable et répondre sérieusement aux préoccupations de la communauté internationale afin que la communauté internationale ait confiance dans le respect des obligations de la CABT par les États-Unis en tant qu'État partie.

Associated Press du Pakistan : Le 7 octobre, au moins 20 personnes ont été tuées et plus de 300 blessées dans un puissant tremblement de terre dans la province du Baloutchistan, au Pakistan. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a suivi de près la situation à la suite du tremblement de terre au Pakistan. Nous pleurons les victimes, présentons nos condoléances aux familles endeuillées et exprimons notre sympathie aux blessés. La Chine et le Pakistan ont une belle tradition de soutien mutuel. Nous sommes prêts à fournir une assistance opportune au mieux de nos capacités au Pakistan en fonction de ses besoins.

China Daily : Selon des reportages, le 4 octobre, le nouveau parlement éthiopien a tenu sa première réunion, au cours de laquelle le Premier Ministre sortant Abiy Ahmed a été investi pour un nouveau mandat. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine adresse ses félicitations au Premier Ministre Abiy Ahmed pour sa réélection. Nous sommes convaincus que sous la direction du Premier Ministre Abiy Ahmed, l'Éthiopie continuera d'accomplir de nouvelles réalisations dans tous les aspects de l'édification nationale.

L'Éthiopie est un partenaire de coopération stratégique global de la Chine en Afrique et un participant important dans la coopération entre la Chine et l'Afrique dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route ». Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l'Éthiopie il y a plus de 50 ans, les deux pays ont vu leurs relations maintenir un développement sain, leur confiance politique mutuelle s'approfondir sans cesse et leur coopération dans divers domaines enregistrer des résultats fructueux. La Chine souhaite travailler ensemble avec le nouveau gouvernement éthiopien pour porter les relations bilatérales à de nouveaux niveaux.

Beijing Media Network : Récemment, à l'initiative de la Chine et des pays africains, 78 pays ont fait des interventions lors du débat général de la Troisième Commission de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, appelant à accélérer la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d'action de Durban (DDPA) et à combattre toutes formes de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée. Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

Zhao Lijian : Cette année marque le 20e anniversaire de l'adoption de la DDPA. En raison de l'absence et de l'échec de performance de quelques pays dont les États-Unis, la communauté internationale a encore un long chemin à parcourir pour combattre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée.

Aux États-Unis où l'on croit que « tous les hommes sont créés égaux », le racisme et la suprématie blanche propagent toujours aujourd'hui. L'épidémie de COVID-19 a davantage mis en évidence la discrimination raciale systémique contre les minorités ethniques telles que les personnes d'origines africaine, latino-américaine et asiatique aux États-Unis. Le Directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses Anthony Fauci a déclaré en toute franchise que l'inégalité de l'état de santé entre les différents groupes ethniques était un échec de la société américaine dans son ensemble. Par ailleurs, les brutalités policières et les crimes de haine à l'encontre des minorités ethniques continuent d'être signalés aux États-Unis, et les inégalités sociales auxquelles sont confrontés les groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants et les personnes âgées y sont profondément ancrées. Cela a mis à nu une fois de plus la réalité cachée des soi-disant « égalité » et « liberté » aux États-Unis.

Une poignée de pays, dont les États-Unis, qui sont touchés depuis longtemps par le problème persistant de discrimination raciale systémique, ont tout de même boycotté la Réunion consacrée à la commémoration du 20e anniversaire de l'adoption de la DDPA, et s'en sont absentés. Tel est un acte irresponsable. Si les États-Unis se soucient vraiment des droits de l'homme et s'engagent à réaliser l'égalité raciale, ils devront remédier à leur propre bilan déplorable en matière de droits de l'homme, et éliminer la discrimination raciale croissante chez eux, plutôt que de rester les bras croisés et de laisser des idées extrémistes telles que la suprématie blanche et la haine contre les minorités ethniques provoquer de nouvelles tragédies.

Bloomberg : Selon des reportages, la Représentante américaine au Commerce Katherine Tai s'entretiendra bientôt avec le Vice-Premier Ministre Liu He. Elle devrait souligner les insuffisances de la Chine dans la mise en pratique de l'accord commercial conclu entre l'ancien Président Donald Trump et la Chine. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères sur les efforts de la Chine et des États-Unis dans la reprise des contacts en matière de commerce ? Katherine Tai a également mentionné le « recouplage » économique entre les États-Unis et la Chine. Quels sont votre compréhension et vos points de vue sur ce « recouplage » ?

Zhao Lijian : Veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes sur les détails des relations économiques et commerciales sino-américaines. En principe, je voudrais souligner que les relations économiques et commerciales sino-américaines sont par nature mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant, et que personne ne sortira gagnant d'une guerre commerciale. Les problèmes survenus dans les relations économiques et commerciales entre les deux pays doivent être résolus adéquatement dans un esprit de respect mutuel et de consultation sur un pied d'égalité. Nous espérons que la partie américaine travaillera avec la Chine pour promouvoir le développement sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines.

La formation et le développement des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales sont un résultat de l'effet conjoint des lois du marché et des choix des entreprises. La promotion artificielle de la « délocalisation » et du « découplage » industriels va à l'encontre des lois économiques et de la réalité objective, ne contribuera pas à la résolution des problèmes auxquels les pays sont confrontés eux-mêmes et portera gravement atteinte à la stabilité et à la sécurité des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales. Contrairement au découplage et à la confrontation, la coopération et le dialogue entre la Chine et les États-Unis constituent une forte aspiration de tous les milieux en Chine et aux États-Unis, y compris le secteur d'affaires. Les États-Unis doivent écouter attentivement ces voix et faire davantage de choses favorables au développement sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines.

AFP : Un sénateur français visitant Taipei a appelé Taiwan un « pays ». Quels sont les commentaires de la Chine sur la visite à Taiwan par la délégation française ?

Zhao Lijian : Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde, et Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. Appeler Taiwan un « pays » viole ouvertement le consensus général de la communauté internationale, dont la France. Les gens comme Alain Richard, soit manquent de respect et de perception les plus fondamentaux à l'égard des normes régissant les relations internationales, soit font du chantage des relations interétatiques motivés par leurs intérêts égoïstes. La Chine exprime sa condamnation énergique et son opposition ferme à cet égard. La partie française doit respecter effectivement et scrupuleusement le principe d'une seule Chine et s'abstenir d'envoyer tout signal erroné aux forces prônant l'« indépendance de Taiwan ».

CCTV : Le 7 octobre, les Talibans afghans ont publié une déclaration marquant le 20e anniversaire de l'invasion de l'Afghanistan par les États-Unis. Les Talibans ont déclaré que l'invasion américaine dans l'Afghanistan depuis 20 ans n'avait donné rien d'autre que des victimes et d'innombrables pertes économiques. Ils ont exprimé l'espoir que l'ONU, les pays les plus riches du monde et diverses autres organisations donneraient un coup de main au peuple afghan, mais ne transformeraient pas leur aide en un instrument de pression politique. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Il y a 20 ans, les Américains ont envoyé des troupes en Afghanistan au nom de la lutte contre le terrorisme, commençant 20 ans d'intervention et d'occupation militaires de l'Afghanistan, ce qui a sapé la souveraineté et l'indépendance de l'Afghanistan, nui à son développement économique et social, et provoqué une catastrophe humanitaire en Afghanistan. Selon l'évaluation d'universitaires, la guerre de l'Afghanistan a coûté la vie à 250 personnes en moyenne par jour. D'après un rapport du Bureau de l'inspecteur général spécial américain pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar), la guerre de l'Afghanistan a jusqu'à présent fait plus de 100 000 victimes civiles afghanes sous les coups de fusil des troupes américaines, avec des centaines de milliers de blessés et plus de dix millions de réfugiés.

Comme l'Histoire et les faits l'ont prouvé, ce que les États-Unis ont fait en Afghanistan est motivé par leurs intérêts égoïstes, que ce soit le déclenchement de la guerre, le stationnement de leurs troupes et le refus de partir, ainsi que le retrait de leurs troupes d'aujourd'hui malgré tout. Actuellement, alors que le peuple afghan accueille une nouvelle opportunité pour la paix et la reconstruction de son pays, la communauté internationale doit soutenir le peuple afghan pour qu'il prenne en main son propre destin et aider l'Afghanistan à maintenir la stabilité, à prévenir le chaos et à se mettre sur la voie d'un bon développement tout en respectant la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Afghanistan.

En tant qu'auteur de la question afghane, les États-Unis ont une responsabilité irréfutable dans la paix et la reconstruction de l'Afghanistan, et ils doivent être tenus responsables de ce qu'ils ont fait au cours des 20 dernières années, plutôt que de s'en aller sans se soucier de rien et de rejeter sur la communauté internationale la responsabilité d'aider l'Afghanistan à se reconstruire. Et plus important encore, les États-Unis doivent corriger leurs défauts chroniques qui consistent à s'ingérer militairement et arbitrairement dans d'autres pays et à imposer leur volonté à d'autres pays, afin de ne plus répéter la tragédie des morts et blessés.

RIA Novosti : Le Représentant spécial du Président russe pour l'Afghanistan Zamir Kabulov a déclaré que la Russie envisageait d'organiser une réunion internationale sur la question afghane le 20 octobre. La Chine a-t-elle reçu l'invitation ? Et qui sera envoyé pour y participer ?

Zhao Lijian : La Chine soutient tous les efforts internationaux qui sont favorables à la promotion de la paix et de la stabilité en Afghanistan et à l'établissement d'un consensus entre toutes les parties. La partie chinoise a déjà reçu l'invitation de la partie russe et est prête à maintenir les échanges et la coordination avec toutes les parties concernées, dont la Russie.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le 6 octobre, le Président de transition de la Guinée Mamady Doumbouya a nommé Mohamed Béavogui comme Premier Ministre de transition. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les progrès importants récemment réalisés par les différentes parties en Guinée pour faire avancer le processus de transition politique nationale. La Chine espère que les parties concernées en Guinée continueront d'adhérer au dialogue et à la consultation et s'efforceront de maintenir l'intérêt général de la stabilité et du développement du pays avec le soutien des organisations régionales et internationales. La Chine et la Guinée entretiennent une amitié traditionnelle. La Chine est disposée à travailler avec la Guinée pour promouvoir le développement continu des relations d'amitié et de coopération entre les deux pays.

Phoenix TV : Le Président américain Joe Biden a déclaré il y a quelques jours qu'il avait évoqué la question de Taiwan lors de l'entretien téléphonique avec le Président Xi Jinping, et que les deux parties avaient convenu de respecter les accords pertinents liés à la question de Taiwan. La Chine peut-elle confirmer si cela faisait partie de l'entretien téléphonique entre les deux parties ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question de Taiwan est constante et claire. Le principe d'une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines. Sur la question de Taiwan, les États-Unis ont pris des engagements clairs envers la Chine. Lors de son entretien téléphonique avec le Président Xi Jinping, le Président Joe Biden a clairement indiqué que les États-Unis n'avaient jamais eu l'intention de changer la politique d'une seule Chine. Nous exhortons les États-Unis à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à traduire les engagements concernés en actions concrètes, à traiter prudemment et adéquatement les questions liées à Taiwan et à s'abstenir d'envoyer tout signal erroné aux forces sécessionnistes prônant l'« indépendance de Taiwan » afin d'éviter de graves dommages aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Le 6 octobre, lors de sa rencontre avec le Conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan à Zurich en Suisse, le Directeur Yang Jiechi a une fois de plus présenté la position solennelle de la Chine sur les questions liées à Taiwan, demandant à la partie américaine de respecter effectivement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine, de se conformer scrupuleusement au principe d'une seule Chine et aux dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains et de cesser d'utiliser les questions liées à Taiwan pour s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine. La partie américaine a exprimé son adhésion à la politique d'une seule Chine.

NHK : Première question, le 10 octobre, les autorités de Tsai Ing-wen vont organiser un exercice militaire. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ? Deuxième question, ce mois-ci, des avions militaires de la partie continentale de la Chine sont entrés de manière intensive dans la soi-disant « zone d'identification de défense aérienne » des autorités taiwanaises. Quel est le but de cela ?

Zhao Lijian : Aucune de vos questions ne relève des affaires étrangères. Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

Kyodo News : Le Premier Ministre japonais Fumio Kishida a prononcé son premier discours politique le 8 octobre, déclarant que la construction des relations stables entre le Japon et la Chine est importante, que le Japon exhorte vivement la Chine à prendre des mesures responsables, et que le Japon est prêt à maintenir le dialogue avec la Chine et à travailler avec elle pour répondre aux problèmes communs. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : La Chine et le Japon sont des voisins proches et des partenaires importants. En tant que pays importants de la région, ils partagent de larges intérêts communs et un grand potentiel de coopération. Nous espérons que la partie japonaise ira dans le même sens que la Chine, respectera scrupuleusement les principes énoncés dans les quatre documents politiques entre la Chine et le Japon, suivra l'esprit dit « créer un bel avenir en s'inspirant de l'histoire », intensifiera le dialogue et les échanges et renforcera la confiance mutuelle et la coopération, afin de promouvoir conjointement un développement sain et régulier des relations sino-japonaises dans la bonne direction.

Bloomberg : Concernant l'éventuel sommet entre le Président Joe Biden et le Président Xi Jinping, vous venez de dire qu'il pourra avoir lieu avant la fin de l'année. Avez-vous plus de détails sur ce sommet à fournir, notamment la date précise, le format et les thèmes de discussion ?

Zhao Lijian : Je viens de présenter très clairement la position de la Chine, et je n'ai pas d'autres informations à vous fournir pour le moment.

Reuters : Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken a dit espérer que la Chine prendra des mesures responsables pour faire face à l'impact potentiel de la crise du groupe chinois Evergrande. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai remarqué les reportages concernés. Sur la question spécifique que vous avez mentionnée, veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes. Je tiens à souligner que la Chine adopte toujours une politique macroéconomique responsable et s'engage à promouvoir un développement de haute qualité. Ces dernières années, l'économie chinoise est devenue un stabilisateur et un moteur important de la croissance économique mondiale, et son taux de contribution à la croissance économique mondiale s'est élevé autour de 30 % depuis des années consécutives.

[ Envoyer ce lien à un ami ]
  [ Imprimer ]